Allergie respiratoire

1
77

Par définition, une allergie respiratoire est en fait une réaction abusive ou anormale du système immunitaire du corps humain des suites d’une jonction avec un allergène.

Lors d’une allergie respiratoire, cet allergène est inhalé par la personne – ce sont alors des pneumallergènes dont il s’agit : les allergies aux pollens par exemple.
Ce type d’allergie pourra alors se présenter sous 2 formes différentes : l’asthme allergique et la rhinite allergique.

Prévention Allergie respiratoire

Les allergies respiratoires frappent les individus ayant des prédispositions génétiques (nommée prédisposition « atopique »), et aucun système de prévention reconnu n’existe à l’heure actuelle.
Cependant, nous savons que leur progression est aggravée par le tabac et par les pollutions de l’air. Il conviendra donc de ne surtout pas fumer en cas l’allergie respiratoire et de ne pas s’exposer à la fumée de cigarette.
Il est vivement recommandé également de ne pas sortir de chez soi durant les pics de pollutions et d’éviter les activités sportives trop exposées à ces conditions défavorables.

Les causes des Allergies respiratoires

Comme énoncé précédemment, les allergies respiratoires frappent surtout les personnes ayant un terrain atopique, revenant à dire une prédisposition génétique.
Par conséquent, les bébés de parents atopiques manifestent 45 à 60% de risques de présenter des troubles respiratoires, contre 5 à 10% si les géniteurs ne le sont pas .

L’allergie respiratoire (asthme ou rhinite) est causée par l’inhalation d’allergènes se trouvant dans l’air.
Les allergènes les plus souvent concernés sont :

  • acarien,
  • pollen,
  • moisissure,
  • les phanères d’animaux : terme informel pour un matériau répandu du corps de différents animaux tels que les plumes, poils, écailles,…

Symptômes et manifestations

Les symptômes de l’allergie respiratoire se caractérisent par des signes cliniques, pouvant se calculer par un score appelé le score de P.A.R.E.O :

  • P comme Prurit : picotement et démangeaisons des nasaux et/ou du palais,
  • A comme Anosmie : perte partielle ou totale de l’odorat,
  • R comme Rhinorrhée : les écoulements nasaux,
  • E comme Éternuements,
  • O comme Obstruction nasale, la difficulté ou l’impossibilité de respirer par le nez.

Il n’est pas impossible non plus de souffrir de sinusite ou de conjonctivite allergique.
L’asthme allergique se traduit par :

  • une plus moins forte difficulté à respirer convenablement,
  • une respiration sifflante,
  • un sentiment de serrement dans la poitrine,
  • une toux d’irritation,
  • une anhélation forte après un effort.

Il est tout à fait possible, et même courant que ces symptômes ne se développent que très tardivement chez l’individu atopique, sans jamais n’avoir reçu d’alerte au préalable.

Chiffres / épidémiologie

En moyenne, 20 à 30% des Français seraient actuellement sujets à des allergies respiratoires.
Dans l’hexagone, l’asthme concernerait 10% des 5 – 18 ans et 6 à 7% des adultes alors que la rhinite allergique provoquée par les pollens concernerait elle 15% des 15 à 50 ans.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE