Asthme : symptômes, traitements et prévention

Quel que soit le facteur déclenchant, le sifflement est un signe constant de la crise d’asthme, parfois accompagné de toux. L’intensité des crises varie d’une simple gêne, rare, à un état, parfois permanent, de détresse respiratoire.

Crises modérées

Au cours des crises modérées, l’asthmatique respire de façon un peu plus laborieuse que d’habitude ; il peut aussi tousser, émettre un sifflement audible. Les crises nocturnes empêchent le plus souvent le malade de dormir, l’obligeant à s’asseoir pour mieux respirer. Cependant, à ces moments-là, il est capable de se traiter seul, sans appeler le médecin.

Traitement

Le traitement vise à lever le spasme bronchique pour permettre à l’air d’entrer et de sortir librement des poumons. On peut utiliser des drogues comme le salbutamol et la terbutaline, qui existent sous forme d’aérosol, d’inhalateur, de comprimés ou de suppositoires.

D’autres remèdes, comme la théophylline, peuvent également être prescrits, sous des formes variées ; ils ont des effets secondaires gênants, tels qu’une agitation ou des tremblements.

Si les crises deviennent régulières et prolongées, le traitement deviendra quotidien, et les médecins prescriront alors souvent des corticoïdes, soit en aérosol à faibles doses, soit en comprimés à doses un peu plus fortes. Habituellement, les cures de corticoïdes ne durent qu’une ou deux semaines. Cependant, lorsque l’asthme est sévère, un traitement plus prolongé est parfois nécessaire, exposant à des prises de poids, à une diminution de la résistance aux infections ; ces effets secondaires expliquent que les médecins préfèrent
prescrire des cures courtes dans la mesure du possible.

Lorsque le facteur déclenchant est une infection, le traitement associera des antibiotiques, actifs sur les bactéries, malheureusement inactifs sur les virus.

Crises sévères

Une crise sévère est source d’une détresse respiratoire ; la respiration est extrêmement sifflante ; souvent s’y associe aussi une toux importante due à l’accumulation de mucus dans les bronches. Le malade a de grandes difficultés à respirer ; cela se manifeste par la tension des muscles du cou et du thorax, et par le creusement des espaces intercostaux lorsqu’il respire. Dans de très rares cas, il n’arrive pas suffisamment d’oxygène dans la circulation sanguine, et le malade peut mourir.

Traitement

Un médecin doit être appelé d’urgence. Habituellement, il pratiquera une injection intraveineuse d’aminophylline ou de salbutamol ; parfois même, il injectera également des corticoïdes.

Si ces mesures ne sont pas efficaces et ne font pas céder rapidement la crise, le médecin fera hospitaliser son malade ; là, on pourra le mettre sous oxygène et lui administrer des drogues en perfusion.

Prévention

Bien qu’il n’y ait pas de moyen pour empêcher une personne de devenir asthmatique, on peut agir en diminuant l’influence des facteurs déclenchants. Limiter l’apparition des crises est le meilleur traitement de l’asthme.

Si le malade est allergique à un aliment ou à toute autre substance, et que ceux-ci déclenchent des crises, le médecin peut déterminer ce facteur, et donc permettre au malade de l’éviter. Les médicaments disponibles en aérosols peuvent faire céder rapidement une crise d’asthme.

Les virus et autres facteurs infectieux, qui sont parfois à l’origine de crises, ne peuvent être totalement évités. Cependant, une vaccination contre la grippe, tous les ans, peut être utile.

Les médecins avaient l’habitude de contre-indiquer aux asthmatiques la pratique du sport et autres activités physiques ; ils réalisent actuellement que de nombreux asthmatiques tirent grand bénéfice de ces exercices. Certains doivent prendre des médicaments avant de pratiquer un sport, mais, à long terme, surtout la natation, permet aux poumons de se développer et diminue le nombre de crises.

Depuis une trentaine d’années, un médicament, le cromoglycate, est disponible ; il peut, dans de nombreuses situations, prévenir l’apparition de crises. Pour être efficace, il doit être pris régulièrement et être inhalé directement dans les poumons. Il est particulièrement efficace lorsque l’asthme est allergique, mais il peut également améliorer l’asthme d’effort.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here