Cancer de la prostate

Les symptômes du cancer de la prostate sont très semblables à ceux de l’adénome. Le patient peut avoir des difficultés à uriner, développer une urétrite, et, si l’urètre est bloqué, souffrir de rétention. Lorsqu’un homme se plaint de l’un de ces symptômes, il devrait consulter un médecin pour que les examens pratiqués précocement retrouvent la cause de ses problèmes.

Le diagnostic

Le diagnostic du cancer de la prostate est devenu plus sophistiqué récemment. Si, pendant l’examen rectal, la glande paraît dure au toucher, le médecin demandera des examens sanguins. Il peut adresser le malade à l’hôpital pour un massage prostatique par le rectum. La glande peut émettre une sécrétion qui apparaît à l’extrémité de l’urètre et qui sera examinée au microscope, à la recherche de cellules cancéreuses.

Si on en trouve, une biopsie est alors demandée pour confirmer le diagnostic. Une aiguille creuse est introduite dans la prostate à travers la paroi rectale, et un petit fragment de glande est aspiré pour un examen approfondi.

Des examens, tels que la technique ultrasonore et l’urographie intraveineuse, déterminant la taille de la prostate et le retentissement sur le reste de l’appareil urinaire, sont identiques à
ceux pratiqués dans le cas de l’adénome.

Traitement

Le traitement chirurgical du cancer de la prostate est pratiquement le même que celui de l’adénome. Il dépendra de la taille de la glande et de l’importance du blocage qui en résulte. On prendra en compte les mêmes considérations sur l’âge du patient et son état de santé.

Quand c’est le cas, le blocage causé par le cancer de la prostate est traité par un sondage vésical ou par la chirurgie.

Lorsqu’une intervention est décidée, le chirurgien fait examiner la glande ou une partie au microscope. On détermine si la tumeur est petite et à croissance lente, ou plus grande et susceptible de s’étendre.

Si le cancer est petit et à croissance lente, si le patient a plus de 60 ans, l’intervention seule suffit. Cependant, le chirurgien qui l’a pratiquée suivra fréquemment le patient pour s’assurer de l’absence d’extension. Si la tumeur primaire a envahi d’autres sites de l’organisme, le patient alors peut recevoir une radiothérapie.

Les chercheurs tentent de trouver des médicaments qui agissent contre la testostérone, l’hormone mâle qui facilite la croissance des cellules cancéreuses et augmente la taille de la prostate. L’hormone femelle, œstrogène, peut effectivement réduire la croissance du tissu
cancéreux prostatique, et peut donc être administrée aux hommes qui ont un cancer de la prostate afin de réduire la croissance de la tumeur. Cette hormone peut de même être administrée pour éviter une rechute après l’intervention chirurgicale qui a ôté la tumeur. Parfois, les médecins conseillent à leur patient l’ablation des testicules qui sont la source des hormones mâles permettant à la glande de croître.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here