Diabète : causes et prévention

les causes du diabète

Il existe deux types de diabète primaire : le diabète de type 1 (insulino-dépendant) survient lorsque le pancréas, endommagé par un processus auto-immun, ne produit plus assez d’insuline — hormone essentielle au métabolisme.

Dans le diabète de type 2 (non insulino-dépendant), en général l’organisme développe d’abord une résistance à l’insuline dont il a besoin en quantités croissantes pour obtenir le même effet, enclenchant ainsi un cercle vicieux. Ce diabète se caractérise donc par des taux élevés de glucose et d’insuline.

Le pancréas, organe de la taille d’une main situé derrière le foie et les intestins, produit de l’insuline et d’autres hormones nécessaires à l’organisme pour transformer la nourriture en énergie.

Lors de la digestion, la nourriture est décomposée en glucose, sucre simple et principale source d’énergie de l’organisme, qui passe ensuite dans la circulation sanguine. Lorsque le pancréas ne produit pas assez d’insuline ou que l’organisme est incapable d’utiliser l’insuline disponible, les cellules ne peuvent pas transformer le glucose en énergie. Le glucose en excès s’accumule alors dans le sang et une intolérance au glucose se développe (état pré-diabétique). Elle survient quand la glycémie (taux de glucose dans le sang), bien qu’élevée, est insuffisante pour être qualifiée de diabète. En général, cet état est asymptomatique, mais dans les cas les plus sévères, des plaques noirâtres peuvent apparaître autour du cou, des coudes et des genoux.

L’hypoglycémie, qui peut survenir dans les deux types de diabète, se caractérise par un taux de glucose trop bas. Le plus souvent, elle est due à un excès d’insuline ou d’autres médicaments hypoglycémiants, un manque de nourriture, une activité excessive, ou une combinaison de ces trois facteurs. Elle peut déclencher plusieurs symptômes, comme un état de faiblesse, une diplopie (vision double), des tremblements, de l’anxiété, des convulsions, voire une perte de conscience. Des sucreries, une boisson sucrée ou des tablettes de glucose feront remonter rapidement le taux de sucre dans le sang. L’évolution des deux types de diabète est différente.

Le diabète de type I se déclare souvent brusquement et peut conduire à une hospitalisation, parfois en urgence. Appelé aussi « diabète juvénile », il survient principalement chez les enfants, les adolescents et les adultes de moins de 30 ans. Le diabète de type 2 — également appelé « diabète de la maturité » — est largement plus courant. Dans le passé, il survenait principalement chez les adultes de plus de 45 ans, mais on constate une forte hausse de son incidence chez les enfants et les adultes jeunes.

Le diabète gestationnel est une pathologie temporaire qui survient au cours de la grossesse. Cependant, une femme ayant fait un diabète gestationnel a plus de risques de développer un diabète de type 2.

À long terme, le diabète peut être à l’origine de complications : maladies coronariennes, accident vasculaire cérébral, insuffisance rénale, déficience visuelle, hypertension, lésions du système nerveux, amputations, maladies dentures et complications lors d’une grossesse.

Causes

L’origine de la défaillance de la production d’insuline ou de l’insuhno-résistance des cellules reste inconnue. Des facteurs génétiques et environnementaux sembleraient entrer en ligne de compte, auxquels s’ajouteraient des mécanismes auto-immuns dans le diabète de type l.

Le glucose qui ne peut pénétrer dans les cellules ne peut servir de source d’énergie. Il s’accumule donc en quantité excessive dans le sang et doit être éliminé par les reins, qui utilisent d’importantes quantités d’eau pour le dissoudre. D’où certains symptômes fréquemment associés au diabète, comme l’augmentation de la soif et de la miction, la faim et un état de fatigue.

Prévention

Si le diabète de type I ne peut être prévenu, le maintien d’un poids idéal, une alimentation équilibrée et l’exercice physique sembleraient agir contre le diabète de type 2.

La surcharge pondérale affecte en effet l’action de l’insuline dans l’organisme. De plus, l’excès de tissus gras peut favoriser l’insulino-résistance, alors que l’exercice physique rend l’insuline plus efficace.

Une étude sur la prévention du diabète, réalisée par le National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases, entre 1994 et 2004, a montré que les personnes en état pré-diabétique pouvaient réduire de 58 % le risque de développer un diabète de type 2 en perdant 7 % de leur poids de départ grâce à une activité physique modérée, comme marcher 30 minutes par jour. La même étude fait apparaître que la metformine (médicament hypoglycémiant) aide à prévenir l’apparition du diabète de type 2 chez 31 % des patients. Les changements de mode de vie semblent donc plus efficaces que le traitement médicamenteux.

Le maintien d’une glycémie relativement stable tout au long de la journée aide également à éviter l’apparition du diabète de type 2. Eindex glycémique classe différents glucides selon leur effet immédiat sur le taux de glucose dans le sang. Connaître l’index glycémique des aliments est essentiel pour composer un repas équilibré. Par exemple, l’index glycémique du sucre ordinaire est de 100, alors que celui des céréales complètes et de nombreux légumes digestion lente est beaucoup moins élevé.

Remplacer les sucres simples et les en-cas par des aliments riches en fibres et des glucides complexes aide donc à stabiliser la glycémie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here