Les hémorroïdes : causes, risques et traitements

Les hémorroïdes sont une dilatation des veines de la région anale irritée ou enflammée. Elles peuvent être internes, situées à l’intérieur du bas rectum, ou externes, sous la peau qui entoure l’anus.

Les deux types peuvent coexister. Lors de la défécation, elles provoquent des démangeaisons (prurit) et des saignements visibles dans les selles et sur le papier toilette, ou qui coulent dans la cuvette. Il arrive qu’une hémorroïde interne subisse une protrusion ou un prolapsus dans l’anus, à l’origine de fuites de contenu rectal.

Facteurs de risque des hémoroides

  • Alimentation pauvre en fibres et riche en graisses
  • Constipation
  • Obésité
  • Cirrhose
  • Position assise prolongée
  • Relations sexuelles anales

Les hémorroïdes provoquent le plus souvent une gêne sans gravité, à moins qu’un caillot de sang ne se forme à l’intérieur : c’est la thrombose hémorroïdaire, à l’origine de douleurs intenses, d’un gonflement et d’une inflammation.

Causes de l’apparition des hémorroïdes

Dès que la pression augmente dans les veines rectales, des hémorroïdes peuvent apparaître et déclencher les symptômes. La constipation chronique contribue à l’apparition du problème, car les petites selles très dures sont beaucoup plus difficiles à évacuer. L’effort à la défécation augmente la pression sur les hémorroïdes et conduit à l’irritation.

Des diarrhées persistantes peuvent aussi enflammer les hémorroïdes existantes et aboutir à une gêne et à des saignements en raison du passage répété des selles liquides. Essuyer la région anale avec trop d’insistance est aussi source d’irritations.

Une alimentation riche en fibres, avec des céréales complètes, contribue à réduire l’apparition d’hémorroïdes : les mouvements intestinaux sont plus fréquents et les selles moins dures. Les efforts nécessaires à l’évacuation des selles dures augmentent la pression sur les veines rectales et irritent les hémorroïdes.
Une alimentation riche en fibres, avec des céréales complètes, contribue à réduire l’apparition d’hémorroïdes : les mouvements intestinaux sont plus fréquents et les selles moins dures. Les efforts nécessaires à l’évacuation des selles dures augmentent la pression sur les veines rectales et irritent les hémorroïdes.

Une pression prolongée causée par la position assise, une grossesse ou des relations sexuelles anales sont également des facteurs favorisants, tout comme l’âge (les tissus qui maintiennent ces structures veineuses en place s’affinent et se fragilisent). Toute pathologie qui augmente la pression dans le système veineux hépatique, par exemple la cirrhose, peut être à l’origine d’hémorroïdes.

Prévention des hémorroïdes

Évitez la constipation pour ne pas avoir à forcer ou à pousser trop fort à la défécation. Pour des selles molles et faciles à évacuer, consommez des aliments riches en fibres et buvez beaucoup d’eau ou de liquides non déshydratants(les boissons alcoolisées ou contenant de la caféine ont un effet déshydratant). Il est important d’aller aux toilettes sans délai lorsque le besoin s’en fait ressentir, afin d’éviter que les selles ne se dessèchent et durcissent.

L’exercice physique est indispensable car il stimule les mouvements intestinaux et par conséquent le transit.

Diagnostic

On découvre en général que l’on a des hémorroïdes sans avoir besoin d’aller chez le médecin. Elles provoquent des démangeaisons intenses ou des hémorragies.

Le sang en est souvent très rouge, le saignement étant provoqué par le passage des selles ou toute autre friction directe avec les artères digestives. Il est également possible que les hémorroïdes soient à l’origine de sang occulte, c’est-à-dire de la présence de sang caché dans les selles. Une hémorragie rectale pouvant aussi être un signe indicateur de maladie plus grave, y compris d’un cancer du côlon, ii est important de demander un avis médical.

L’observation de la région anale permet de détecter la présence d’hémorroïdes externes.

Les hémorroïdes internes sont généralement décelées lors d’un toucher rectal effectué à l’aide d’un gant lubrifié, mais cette technique n’est pas toujours suffisante car ce type d’hémorroïdes est souvent trop mou pour être palpable. Un échantillon de selles, prélevé lors du toucher rectal, sera analysé afin de détecter la présence de sang occulte dans les selles.

Pour confirmer la présence d’hémorroïdes et détecter ou écarter toute autre cause d’hémorragie rectale, un examen interne plus approfondi — la sigmoïdoscopie — peut-être nécessaire. À l’aide d’un endoscope, sonde flexible équipée d’une lumière et d’une caméra, le médecin examine la muqueuse de l’anus et/ou la portion terminale du gros intestin (ou côlon) à la recherche de lésions ou de polypes.

Chez les patients âgés, plus prédisposés à développer un cancer du côlon, une coloscopie permet de contrôler la totalité du côlon.

Traitements

Un régime alimentaire adapté et certaines préparations calmantes se révèlent le plus souvent efficaces.

La chirurgie est à envisager dans les cas les plus sévères.

  • ALIMENTATION : Une alimentation riche en fibres tend à réduire l’apparition des hémorroïdes. L’apport journalier recommandé (ARJ) est d’environ 25 g de fibres.
  • COMPLÉMENTS : Des compléments en fibres à base de psyllium ou de méthylcellulose, délivrés sans ordonnance, peuvent contribuer à la réduction des épisodes hémorragiques. Il est alors indispensable de boire davantage pour éviter la constipation.
  • MÉDICAMENTS : Des crème ou pommades analgésiques, des onguents, des compresses, des suppositoires et des émollients fécaux sous forme de gélules sont délivrés sans ordonnance. Votre médecin peut également vous prescrire des suppositoires à base d’hydrocortisone, mais leur utilisation prolongée est déconseillée car ils peuvent provoquer des effets secondaires tels que des éruptions ou des inflammations cutanées.
  • BAINS DE SIÈGE : En cas de thrombose hémorroïdaire (formation d’un caillot de sang dans l’hémorroïde), l’immersion de la région pelvienne et abdominale inférieure dans un bassin prévu à cet effet peut soulager la douleur.
  • HYGIÈNE : Évitez le savon au niveau de la région anale, car il peut accentuer les irritations. Utilisez du papier toilette humide plutôt que sec après être allé à la selle, ou mieux, prenez une douche rectale avec de l’eau fraîche (max. 28°C).
  • THÉRAPIE PAR LE FROID : L’application de compresses froides ou d’un pack réfrigéré sur la région anale contribue à réduire la tumescence. Pour les hémorroïdes persistantes u très douloureuses, d’autres solutions sont possibles, notamment :
  • LIGATURE Le médecin effectue une petite ligature élastique d’une hémorroïde interne. La circulation sanguine est coupée, l’hémorroïde rétrécit et tombe en quelques jours.
  • TRAITEMENT SCLÉROSANT Injection d’une solution chimique sclérosante autour d’un vaisseau sanguin qui rétrécit les hémorroïdes.
  • COAGULATION Différentes techniques ont remplacé la cryochirurgie (utilisation d’un très grand froid) dans le traitement des hémorroïdes internes. Un rayon laser, un rayon infrarouge photocoagulation infrarouge) ou le courant électrique (électrocoagulation) sont utilisés pour détruire l’excès de tissu.
  • CHIRURGIE Elle peut s’avérer nécessaire lorsque les autres traitements ont échoué ou en cas d’hémorroïdes très importantes.

Voir aussi :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here