Les lingettes sont-elles bonnes pour la peau ?

Elles nettoient, démaquillent, hydratent… Mais sont-elles aussi parfaites qu’elles le promettent ? Toutes les réponses des dermatologues.

Que d’innovations depuis les années 1970 ! – et l’apparition des premières lingettes conçues alors pour l’hygiène des fesses de bébé.

Aujourd’hui, plus qu’un nouveau type de produit, ces petits carrés de tissus imprégnés s’inscrivent comme le geste cosmétique le plus original de ces cinq dernières années. Et le plus lucratif aussi si l’on se place du côté des marques : en termes de chiffre d’affaires, le marché est devenu colossal et enregistre des taux de croissance records.

Ludiques, rapides : de nouvelles exigences

En supprimant la notion de corvée et en faisant de l’hygiène un geste plaisir rapide et efficace, les lingettes répondent aux exigences des femmes actives. Même les hommes les utilisent !

Si les femmes entre 40 et 55 ans comptent parmi les plus fidèles utilisatrices, la plupart s’en servent comme un produit d’appoint.

Mais 30 % de celles qui se démaquillent avec, les utilisent exclusivement.

Et la majorité d’entre elles déclarent qu’auparavant, elles ne se démaquillaient pas du tout, ou juste avec un tonique. Souvent, un geste occasionnel devient une habitude.

Caroline aujourd’hui fidèle aux lingettes – explique pourquoi :

« J’en ai achetées la première fois pour partir en voyage. Finalement, j’en utilise tous les jours : c’est efficace et comme je ne me maquille pas beaucoup, c’est largement suffisant ! »

Les premières lingettes étaient plus proches des serviettes rince-doigts que des tissus moelleux que nous connaissons aujourd’hui. Les transformer en produits cosmétiques a posé un problème aux fabricants qui ont dû s’initier à un nouveau savoir-faire…

Il faut dire que la lingette est le résultat d’une technologie complexe... Il s’agit de fluidifier une formulation et d’en imprégner un tissu qui doit être délicat au contact de la peau, tout en étant suffisamment solide.

Comment choisir la texture ?

Le support des lingettes est un tissu réalisé avec des fibres synthétiques comme le polyester, le polyamide, le polypropylène ou encore des fibres semi-synthétiques telles que la viscose.

La texture est d’autant plus importante qu’elle participe à l’efficacité du produit : un tissage micro-alvéolé permettra de mieux éliminer les impuretés, d’où son utilisation dédiée aux peaux normales et mixtes. En revanche, s’il est velouté et moelleux, il s’adaptera davantage aux peaux sensibles.

Les formulations des « jus » sont à base d’eau. Suivant le type de lingettes et leur usage, elles contiennent des lipides comme des huiles minérales, des cires, ou des huiles de silicone, des émulsifiants qui sont des agents nettoyants doux, des hydratants comme de la glycérine, de la provitamine B5, du Bisabolol, des filtres solaires, des agents anti-bactériens, etc. Ce sont généralement des déclinaisons de formulations déjà existantes sous une autre forme galénique (flacons, tubes), appartenant à la même marque.

Seul impératif : pour imprégner le tissu, ces formulations doivent être plus fluides. Ce qui explique par exemple que les lingettes démaquillantes puissent aussi servir de tonique puisqu’elles sont plus fraîches et ne laissent pas de résidus sur la peau.

Occasionnelles ou tous les jours ?

Le Dr Martine Lancy, dermatologue, explique que

« sauf si vous avez une peau intolérante, les lingettes ne sont pas agressives pour la peau et ne provoquent pas, ou peu, d’allergies ».

Cela signifie-t-il que vous pouvez les employer en exclusivité ? Tout dépend de la fonction de la lingette et de la façon dont vous l’utilisez.

Les lingettes intimes, déodorantes ou désinfectantes pour les mains sont parfaites s’il s’agit de faire une toilette occasionnelle.

« Vous pouvez même vous en servir tous les jours, mais elles ne remplacent en aucun cas la douche quotidienne ou le lavage des mains à l’eau et au savon », précise le Dr Nicolas Cabis, dermatologue.

En revanche, rien ne vous empêche d’adopter les lingettes :

  • démaquillantes,
  • amincissantes,
  • solaires,
  • dissolvantes
  • ou post-épilatoires à l’exclusion de toute autre forme de produit.

A condition, toutefois, de bien les employer.

Pour ce qui est des lingettes démaquillantes, par exemple, prenez le temps de les passer très soigneusement sur l’ensemble du visage, sans oublier le cou. Et, surtout, utilisez autant de lingettes que nécessaire jusqu’à ce que la dernière soit parfaitement propre.

Reste le prix. Les lingettes coûtent 20 % à 30 % plus cher que leur équivalent traditionnel. On peut aussi leur reprocher de vite se dessécher.

Par ailleurs, pour une utilisation quotidienne et exclusive, le nombre de lingettes dans un paquet est trop faible et le conditionnement mou est peu pratique, surtout en fin de course.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE