Lupus : Diagnostic, symptômes et traitements

Les symptômes varient selon les individus. Ils peuvent être légers et intermittents ou entraîner un affaiblissement visible. Ces disparités rendent le lupus difficile à diagnostiquer. L’American College of Rheumatology définit comme critère de diagnostic la présence d’au moins quatre symptômes.

Voir aussi : Lupus : Qu’est ce que c’est ?

ÉRUPTIONS CUTANÉES. Si, le plus souvent, les plaques rouges siègent autour du nez et sur les joues (en aile de papillon), elles peuvent apparaître sur n’importe quelle partie du corps.

FATIGUE. Elle est souvent constante, même avec un repos suffisant.

ARTHRITE. Les gonflements et douleurs articulaires sont fréquents.

FIÈVRE. Présence d’une température inexpliquée de 38 °C ou plus.

PHOTOSENSIBILITÉ. Intolérance à la lumière du soleil ou à un éclairage fluorescent qui aggrave les éruptions.

ULCÈRES. Lésions douloureuses souvent situées dans la bouche ou le nez.

INSUFFISANCE RÉNALE. Des lésions rénales peuvent empêcher les reins de filtrer les toxines. Dans certains cas, la dialyse peut être nécessaire.

TROUBLES DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL (SNC). Quand les auto-anticorps s’attaquent au cerveau ou au SNC, vertiges, convulsions, troubles psychiatriques, perte de la vision et autres problèmes peuvent survenir.

PROBLÈMES CARDIAQUES. Le muscle du cœur, ainsi que le péricarde (membrane qui le recouvre) et les tissus voisins peuvent s’enflammer, provoquant douleurs thoraciques et difficultés respiratoires.

PROBLÈMES PULMONAIRES. Le plus fréquent est la pleurésie, inflammation de la plèvre, membrane qui recouvre les poumons.

DÉTÉRIORATION DE LA CIRCULATION SANGUINE. Une inflammation des vaisseaux sanguins peut survenir suite à une attaque du système immunitaire.

PERTE DE CHEVEUX. Les éruptions cutanées sur le cuir chevelu provoquent parfois une perte de cheveux par plaques.

PERTE DE POIDS. Douleurs abdominales, nausées et vomissements conduisent souvent à une perte de poids.

SYNDROME DE RAYNAUD. Une exposition au froid peut rendre les doigts, les orteils, le nez et les oreilles pâles et engourdis.

En fonction des symptômes, le médecin pourra procéder à des examens de l’appareil circulatoire, des reins, des poumons, du foie et du cœur. Des analyses l’aideront à déceler la présence d’auto-anticorps dans le sang. Une biopsie du rein ou de la peau confirmera si le lupus est bien à l’origine des symptômes.

Les malades peuvent présenter des taux insuffisants de compléments — protéines du sang qui aident à activer les anticorps et à contrôler les inflammations. Une mesure de leur taux peut également être effectuée.

Traitements du lupus

Un traitement personnalisé vise à prévenir la récidive des symptômes, à atténuer ceux qui se manifestent et à éviter les complications.

ANTI-INFLAMMATOIRES NON STÉROÏDIENS (AINS). Ils réduisent les douleurs articulaires et les inflammations (notamment l’ibuprofène, l’aspirine et le naproxène sodique).

ANTIPALUDÉENS Ils atténuent fatigue, douleurs articulaires, ulcères, éruptions cutanées et inflammation pulmonaire.

CORTICOÏDES Ce sont des hormones anti-inflammatoires naturelles.

HUILE DE POISSON RICHE EN OMÉGA-3. Les compléments à base d’huile de poisson semblent atténuer les symptômes du lupus.

COMPLÉMENTS. Des compléments en calcium et vitamine D sont souvent prescrits aux femmes atteintes de lupus pour atténuer la dégradation de la structure osseuse.

IMMUNODÉPRESSEURS. Ils semblent diminuer la production d’auto-anticorps dont ils limitent les dégâts. Ils doivent être utilisés avec précaution en raison d’effets secondaires dangereux.

RITUXIMAB. Ce médicament, qui réduit le nombre de cellules immunitaires dans l’organisme, peut être un traitement efficace contre le lupus.

DÉHYDROÉPIANDRO5TÉRONE (DHEA). Des études indiquent que cette hormone stéroïde peut réduire efficacement le nombre de poussées chez les femmes souffrant de LED.

Voir aussi :

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE