Maladies de la prostate : causes et diagnostic

Les principaux symptômes de l’adénome de la prostate — grossissement de la glande — sont un besoin fréquent d’uriner, l’impossibilité de déclencher le débit urinaire, des écoulements (fuites) au niveau du pénis et des difficultés pour arrêter la miction. Chez certains patients, ces symptômes sont très légers, mais ils peuvent être beaucoup plus marqués.

 

S’il n’est pas traité, l’adénome de la prostate peut engendrer des complications comme des infections urinaires ou des dommages rénaux.

Causes

La prostatite est souvent due à une infection bactérienne. Les bactéries activent les défenses immunitaires, ce qui peut conduire à une inflammation importante.

Des prostatites bactériennes récurrentes sont parfois le signe d’une anomalie de la prostate, qui permet aux bactéries de causer des infections à répétition.

L’adénome de la prostate est la conséquence du processus naturel du vieillissement. La prostate continue de grossir avec l’âge, en réponse à la testostérone (hormone mâle). Elle finit par atteindre un volume tel qu’elle appuie sur l’urètre et empêche la miction. La pression peut aussi avoir des conséquences sur le contrôle de la vessie.

Prévention

Une vie saine renforce les défenses immunitaires et retarde le processus de vieillissement. Une alimentation équilibrée, à base de fruits, de légumes et de céréales complètes, mais faible en acides gras saturés, est également recommandée.

Diagnostic

Il existe plusieurs méthodes de diagnostic pour les maladies de la prostate, notamment celles décrites ci-dessous.

Toucher Rectal

Le médecin insère un doigt ganté et lubrifié dans le rectum du patient afin d’évaluer le volume de la prostate.

Analyse d’urine

Une bandelette réactive, qui change de couleur en présence de bactéries, est plongée dans un échantillon d’urine pour détecter la présence de bactéries.

Pyélographie intraveineuse

Un produit de contraste (agent colorant) est injecté dans une veine. Il circule dans le sang et les urines, rendant ainsi l’appareil urinaire visible aux rayons X.

Cystoscopie

Une sonde fine, équipée d’une mini-caméra, ou cystoscope, est introduite dans la vessie en passant par l’urètre, ce qui permet au médecin de visualiser la localisation et l’importance du blocage urétral.

Mesure du volume post-mictionnel d’urine résiduelle

Un cathéter est introduit dans la vessie afin de déterminer la quantité d’urine présente après la miction et la pression intra-vésicale.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here