Néphrite et néphrose

0

La néphrite, inflammation de l’un ou des deux reins, touche plus souvent les enfants et les adolescents. Elle atteint surtout les glomérules, amas de vaisseaux microscopiques qui filtrent le sang et, plus rarement, les tubules autour des glomérules, ou les vaisseaux sanguins à l’intérieur des reins. Qu’elle soit chronique ou aiguë, le pronostic est en général très favorable. La néphrose est une maladie rénale non inflammatoire des glomérules.

La néphrite chronique peut entraîner une hypertension sévère, à l’origine, dans les cas extrêmes, d’une défaillance rénale ou cardiaque fatale.

La néphrose survient en cas de dysfonctionnement des glomérules : au lieu de ne filtrer que les déchets et l’eau contenus dans le sang, ils éliminent aussi les protéines, ce qui peut entraîner des œdèmes aux pieds, aux chevilles, à l’abdomen et autour des yeux.

Causes

La néphrite aiguë peut être due à une allergie à des médicaments : analgésiques (aspirine et paracétamol), immunodépresseurs (cyclosporine), anticancéreux (cisplatine et carboplatine) et lithium. Les infections bactériennes ou virales, les troubles du métabolisme, ceux liés à un toxique et l’hypercalcémie sont d’autres causes possibles.

Plus lente à se développer, la néphrite chronique est causée par des réactions anormales du système immunitaire, une infection rénale bactérienne, une hypersensibilité à un médicament, ou encore la prise d’une substance toxique. Une exposition à des radiations, une obstruction des voies urinaires, l’hypertension, la drépanocytose et la maladie polykystique des reins (PKR) sont d’autres facteurs déclenchants.

La néphrose peut être provoquée par une maladie rénale ou être une complication d’une autre pathologie, dont le diabète.

Prévention

Soyez attentif aux symptômes de maladie rénale, quelle qu’elle soit, et le cas échéant, parlez-en à votre médecin rapidement. La néphrite se signale par une perte d’appétit, un état de fatigue, un gonflement facial, des douleurs abdominales et une coloration foncée des urines, alors que le principal symptôme de la néphrose est un œdème (chevilles et paupières).

Diagnostic

Divers examens pourront être pratiqués : des analyses d’urine, une scintigraphie rénale pour mesurer le flux sanguin dans les reins, ainsi qu’une biopsie.

Traitements

Le but est de diminuer l’inflammation, de limiter les lésions au niveau des reins et de renforcer l’organisme.

Médicaments

Si les anti- inflammatoires traitent aussi bien la néphrite que la néphrose, les antibiotiques ne sont utilisés qu’en cas de néphrite infectieuse. Des diurétiques ou des régimes spéciaux peuvent également être conseillés. La néphrose est parfois endiguée par des corticoïdes.

Dialyse

Si ces maladies évoluent vers une insuffisance rénale, une dialyse (technique de filtrage des déchets du sang) peut être nécessaire.

Chirurgie

En cas d’insuffisance rénale, le recours à une greffe de rein peut être nécessaire.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE