Les bienfaits des autres sortes de protéines sur la santé des femmes

Mieux consommer

Réduisez votre consommation de viande rouge, moins c’est mieux : steak haché, steak, rosbif, porc, lard, saucisses. Évitez les aliments fumés ou salés contenant des nitrates/nitrites: hot-dog, saucisson, et autres charcuteries.

Choisissez des protéines animales pauvres en graisses :  blanc de poulet et de dinde, poisson, blanc d’ceuf et produits laitiers allégés biologiques.

Mangez du poisson riche en oméga-3 chaque semaine (soit 425 g par semaine).

Remplacez au moins 3 portions de protéines animales par un repas végétal chaque semaine, par exemple : plat végétarien de cuisine étrangère, pâtes aux légumes, riz et haricots, sauté et couscous de légumes ; steak et lait de soja, fèves de soja vertes, charcuterie végétale à base de soja, tofu, tempeh (une portion : 1 verre de lait soja, 1 steak végétal, 4 c. à soupe de noix de soja grillées, 100 g de tofu, 100 g de tempeh).

Quels sont les bienfaits sur la santé ?

Santé générale

La viande rouge contribue de manière significative à l’apport en graisses saturées dans l’alimentation occidentale. On associe l’excès de ce type de graisses aux affections cardiaques et aux phénomènes inflammatoires.

Évitez les aliments salés ou fumés qui contiennent des nitrites pouvant former dans l’estomac des nitrosamines, composés cancérogènes. Choisissez des protéines animales pauvres en graisses pour réduire votre consommation de graisses saturées. Un hot-dog normal (bœuf)contient la moitié de la quantité de graisses saturées conseillée par jour.

La consommation de poisson est corrélée à une incidence plus faible de maladies, particulièrement les maladies cardiaques et le cancer.

Santé du cœur

Une étude, portant sur 84 688 femmes suivies pendant 16 ans, a constaté une diminution du risque cardiovasculaire de 31 % entre une consommation de poisson une fois par semaine et une fois par mois.

Une étude récente a établi que si le cœur ne tirait aucun bénéfice, contrairement à ce que l’on avait pensé jusqu ici, d’une consommation régulière de soja, celle-ci reste profitable en cas de cholestérol élevé, particulièrement en remplacement de produits à haut taux de matières
grasses animales.

Santé des os

Si le rôle du soja n’a pas été confirmé, plusieurs études ont montré que les isoflavones contenues dans les produits à base de soja stimulaient potentiellement la formation des os et enrayaient leur détérioration.

Une étude contre placebo, sur 23 femmes en bonne santé en âge d’être ménopausées, a établi qu’un complément d’isoflavone (62 mg) réduisait sensiblement la sécrétion des marqueurs de résorption osseuse (dénotant ainsi un métabolisme osseux sain).

Une diminution de la consommation de protéines animales peut réduire le risque de fracture. La Nurses Health Study a montré un risque de fracture de l’avant-bras supérieur de 20 % chez les femmes dont la consommation de telles protéines était normale à importante par rapport à une consommation modérée (68 g/ jour contre 95 g/jour). Aucun lien n’a été trouvé avec la consommation de protéines végétales.

Une autre étude portant sur 1 035 femmes (de 65 ans et plus) a mis en évidence une hausse significative du risque de fracture de la hanche en cas de régime proportionnellement plus riche en protéines animales par rapport aux protéines végétales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here