Quand la coloriste, c’est vous !

0
107

Maladresse, ignorance ou inattention…les débuts de la coloration maison peuvent être un peu décevants, ce qui pousse certaines à y renoncer définitivement, Dommage, car cela peut aussi être facile, rapide et sans risque, Comment ?

Voici tous les conseils pour réussir sa couleur dès la première fois.

Économie et gain de temps, plus d’une femme sur deux qui se colore les cheveux se lance seule dans l’aventure à la maison. C’est moins cher, bien sûr, et puis pas de rendez-vous à prendre, on peut faire ça le dimanche, le soir tard. Il y a quelques années, l’opération était encore un peu délicate.

Il fallait s’entourer de précautions, sinon on en mettait partout. Une erreur de temps de pause, Un mélange mal fait, et la couleur choisie pouvait virer au bizarre ! Sans compter des cheveux plus ou moins abîmés au bout de plusieurs séances…

Fini tout cela, les produits proposés aujourd’hui se manipulent comme un jeu d’enfant, leurs textures gel ou crème ne coulent pas et se travaillent facilement ; ils sont formulés pour ne faire aucun dégât, quelles que soient les erreurs de manipulation, et ils contiennent tous maintenant des actifs « soin » qui laissent les cheveux doux et hyper-brillants.

Où faire son shopping coloration ?

Dans les grandes surfaces, pour la très grande majorité des produits. Leurs rayons coloration sont impressionnants, un empilement de boîtes sur des mètres… de quoi donner le vertige et rebuter celles qui s’y aventurent pour la première fois. Le tout est de s’y plonger, de comprendre la classification, de se dire que cela a déjà bien progressé et que tout est fait pour rendre les choses plus claires.

En règle générale, c’est dans les moyennes surfaces citadines que le choix est le plus complet ou – mieux – dans les grands magasins qui ont presque toujours des animatrices conseillères sur place. La marque Wella, elle, préfère depuis peu distribuer ses produits de coloration grand public uniquement chez les coiffeurs qui la représentent. L’avantage, c’est qu’ils sont vendus avec un conseil personnalisé ; l’inconvénient, le choix est plus restreint.

Les questions à se poser Avant

Je cerne mes envies et mes besoins

Envie de reflets

Pour égayer sa couleur naturelle et pour apporter du brillant aux cheveux, mais surtout sans trop s’engager, il faut piocher dans la famille coloration dite fugace ou temporaire. Ce sont des produits sans ammoniaque ni oxydant, d’application facile (le mélange est tout fait), rapide (environ 20 minutes) et dont le résultat s’élimine au bout de 6 à 8 shampooings.

Besoin d’un peu de couvrance

Pour camoufler des premiers cheveux blancs ou réveiller et faire briller une couleur naturelle un peu terne, on choisit la coloration ton sur ton. Elle a beaucoup d’avantages : elle est douce pour les cheveux puisqu’elle ne contient pas d’ammoniaque ; elle tient 6 à 8 semaines, donc pas d’effet racine ; elle s’applique facilement, avec un système de flacons prêts à mélanger, et le tour est joué.

Un inconvénient tout de même avec elle, pas question de changer de couleur. Quant aux reflets, ils restent discrets.

Envie de changer complètement ou besoin de beaucoup de couvrance

Pour passer de foncé à clair, de châtain à rouge vif, ou pour couvrir plus de 50 % de cheveux blancs, on laisse de côté les méthodes éphémères et l’on s’engage pour deux-trois mois avec la coloration permanente, en sachant que le grand inconvénient, c’est « l’effet racines ». Elle éclaircit et recolore les cheveux en une même opération. On peut tout lui demander ou presque, car elle n’éclaircit que de 5 tons, cela exclut donc de passer de brune à platine. Les fabricants sont prudents : ils ne veulent pas mettre entre toutes les mains des produits qui, mal utilisés, peuvent entraîner des dégâts sur les cheveux

Je détermine ma couleur de base

Attention, à l’échelle des hauteurs de ton en langage coiffeur, on est toujours plus clair que l’on ne le croit. Si vous vous pensez châtain, on peut parier que, pour un pro, vous êtes blond foncé. Examinez vos cheveux à la racine, les pointes étant toujours plus claires, et à la lumière du jour. Ou, mieux, coupez une petite mèche de vos cheveux sous la nuque et
apportez-la pour faire votre choix. Sur chaque emballage, on voit des mèches imprimées, couleur de base d’un côté et résultat obtenu de l’autre.

Si vous ne trouvez pas la vôtre, c’est que ce produit n’est pas fait pour vous. Bien conçu, l’espace L’Oréal Paris aux Galerie Lafayette, où le nuancier est fait de grandes mèches détachables que l’on peut approcher de ses cheveux.

J’évalue mon pourcentage de cheveux blancs

Ils sont la première raison du recours à la coloration. Leur proportion détermine la famille de produits à choisir. Quelques-uns par-ci par-là, c’est moins de 30 %, vous pouvez utiliser les trois familles de coloration. Beaucoup et bien visibles, c’est entre 30 à 50 %, vous avez le choix entre la coloration ton sur ton et celle permanente. Des mèches entièrement blanches, plus de sel que de poivre, c’est plus de 50 %, vous n’avez pas le choix, c’est la coloration permanente.

Je tiens compte de la longueur et de l’épaisseur de ma chevelure

Une boîte suffit pour les cheveux courts, mais s’ils sont longs et épais ou bien mi-longs et particulièrement épais, il en faut deux. Bien entendu, s’il en reste, on jette : pas question de s’en resservir !

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE