Reflux gastro-œsophagien (RGO) : causes et traitements

Des brûlures d’estomac (dyspepsie) ou des régurgitations acides persistantes signalent un reflux gastro-œsophagien (RGO). En cas de dysfonctionnement du sphincter inférieur de l’œsophage ou SIO (anneau musculaire agissant comme une valve entre l’œsophage et l’estomac), l’acidité gastrique peut refluer dans l’œsophage où elle provoque des brûlures qui peuvent perturber le sommeil.

Le RGO ne s’accompagne pas toujours de brûlures d’estomac et peut être à l’origine de douleurs thoraciques, d’une voix enrouée le matin lors du réveil, de difficultés à déglutir et d’une toux sèche. Non traité, il peut provoquer une inflammation douloureuse ou des blessures de l’œsophage et évoluer vers l’œsophagite — une inflammation anormale du tissu tapissant cet organe, qui augmente le risque de cancer de l’œsophage.

Causes

Plusieurs phénomènes accroissent la pression sur le sphincter inférieur de l’œsophage, l’empêchant ainsi de bloquer efficacement les remontées acides dans l’œsophage. La hernie hiatale, à l’origine d’une remontée de la partie supérieure de l’estomac dans l’orifice œsophagien (hiatus) du diaphragme (paroi du muscle qui sépare l’estomac du thorax) en est un. Mais on peut avoir une hernie hiatale sans souffrir de RGO.

Une des principales causes de RGO est le surpoids, qui augmente la pression dans l’abdomen. Pour la même raison, et du fait des changements hormonaux qu’elle induit, la grossesse peut aussi s’accompagner de reflux.

Certains aliments — agrumes, chocolat, boissons avec de la caféine, aliments frits et gras, ail, oignon, menthe, piment, aliments à base de tomate comme la sauce pour les pâtes — qui irritent l’œsophage ou relâchent le sphincter peuvent déclencher un RGO. Tabac et alcool sont des facteurs aggravants. Enfin, le caractère familial du RGO suggère un facteur génétique prédisposant.

Les asthmatiques souffrent souvent de RGO, mais la corrélation reste mystérieuse.

Prévention

Évitez de vous allonger pendant les trois ou quatre heures qui suivent un repas et rehaussez la tête de votre lit d’environ 15 cm avec des cales. Les pile d’oreillers tendent à faire plier le corps et à augmenter la pression intra-abdominale et sont à proscrire. Portez des vêtements larges et des ceintures peu serrées afin de réduire la pression à l’origine des brûlures d’estomac.

Limitez la consommation d’aliments déclencheurs et évitez les repas copieux. Optez pour des rations plus petites et plus fréquentes.

Il est conseillé d’arrêter de fumer.  Essayez d’atteindre votre poids idéal et de vous y tenir. Les personnes dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à celui préconisé pour leur taille sont plus sujettes au RGO. L’IMC est un rapport entre la taille et le poids, qui permet de déterminer un éventuel surpoids.

Diagnostic

Toute personne ayant recours à des anti-acides pendant plus de 15 jours doit consulter un médecin. Le diagnostic s’établit à partir de la récurrence des brûlures d’estomac ou des régurgitations acides.

Le RGO est confirmé si un des symptômes survient au moins deux fois par semaine. Une toux nocturne peut être un signe de RGO chez les asthmatiques.

Une voix enrouée, une laryngite ou une sinusite, ainsi que, chez l’enfant, des douleurs à l’oreille, peuvent aussi être des indicateurs de la maladie.

Il arrive que les attaques acides lors des régurgitations provoquent une détérioration de l’émail ou une érosion dentaire.

Si les symptômes persistent, un gastro-entérologue évaluera les dommages causés à l’œsophage.

Des examens destinés à détecter une œsophagite (inflammation de l’œsophage), une hernie hiatale, un rétrécissement (sténose) de l’œsophage ou la présence de cellulesprécancéreuses pourront être demandés. Une radiographie après ingestion par le patient d’un soluté debaryum est parfois préconisée. Une endoscopie supérieure (œsophage-gastroduodénoscopie ou TOGD) permet d’obtenir des images plus précises : on anesthésie la gorge avec un spray pour y introduire une sonde flexible équipée d’une lumière et d’une caméra, appelée endoscope.

Une pHmétrie œsophagienne ambulatoire, durant laquelle le sujet conserve une sonde dans l’œsophage pendant 24 heures tout en vaquant à ses occupations quotidiennes, permet dedéterminer la fréquence des reflux et la quantité d’acide régurgitée dans l’œsophage.

Traitements

Médicaments

 La plupart des anti-acides associent sels de calcium, magnésium et aluminium pour bloquer l’acidité gastrique.

On peut aussi prendre un agent moussant qui forme une barrière de mousse pour empêcher le reflux.

Attention, tous les anti-acides interfèrent avec la production d’acide : leur prise ne doit donc pas excéder quelques semaines sans avis médical. Très efficaces et uniquement sur ordonnance, les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont parfois associés aux anti- acides. Les agents prokinétiques renforcent le tonus du sphincter inférieur de l’œsophage et accélèrent la vidange gastrique. Votre médecin peut associer ces différents médicaments.

Certaines préparations à base de plantes se révèlent aussi efficaces que le cisapride, très utilisé. Elles se composent d’extraits d’angélique archangélique (Angelica archangelica), de camomille romaine (Anthemis nobilis), de mélisse (Melissa offcinalis), de racine de réglisse (Glycyrrhiza glabra), de silybum marial ou chardon marie (Silybum marianum), et de menthe poivrée (Mentha piperita).

Chirurgie

Si les symptômes persistent, il peut être conseillé de recourir à la chirurgie. La plupart des interventions de ce type sont effectuées par coelioscopie.

Le chirurgien insère de petits instruments dans une sonde (le coelioscope) introduite par incision dans l’abdomen.

Deux traitements endoscopiques sont utilisés pour traiter le RGO. Le premier, un système de suture appelé plicature gastrique, crée un pli près du sphincter inférieur de l’œsophage pour le renforcer. Le second utilise des électrodes pour faire de petites incisions dans le muscle qui forment ensuite un tissu cicatriciel très résistant. Une nouvelle technique consiste à poser un implant qui soutient le sphincter inférieur de l’œsophage.

Acupuncture

 Il apparaît que la stimulation d’un point d’acupuncture sur le poignet réduit le relâchement du sphincter inférieur de l’œsophage.

Avertissement

Le RGO peut provoquer des douleurs thoraciques. Mais en cas de douleurs inexpliquées, consultez d’urgence un médecin pour éliminer tout risque de crise cardiaque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here