La pornographie en VR, et les risques d’addiction.

0

On l’a déjà évoqué ici, le sexe en réalité virtuelle représente une véritable révolution dans l’industrie de la pornographie au niveau international.

Des hommes et des femmes de tous les âges, de toutes les cultures et de toutes les nationalités ont déjà adopté le porno VR comme leur principale source de divertissement sexuel.

En voyant cette tendance devenir de plus en plus populaire, le nombre de producteurs et de distributeurs de vidéos porno VR explose, afin de proposer une offre qui correspond à la demande grandissante. Une question se pose cependant: Cette nouvelle manière de profiter du sexe virtuel peut elle être dangereuse? Dans quelle mesure l’addiction à ce type de divertissement est-elle un risque pour les différentes catégories de consommateurs? Penchons nous sur les risques d’addiction au porno en VR:

L’histoire des cyber-dépendances sexuelles

Les cyber-addictions au sexe existent depuis que le porno existe. L’accès si simple à tant de contenu pornographique sur le net en quelques clics seulement en a rendu fous plus d’un. Le concept de la cyber-addiction sexuelle se traduit par plusieurs comportements différents, comme par exemple:

  • La masturbation compulsive ;
  • Le besoin permanent de consommation de contenu pornographique ( vidéos, photos, récits…) ;
  • La sur-consommation de sexe par téléphone ou par webcams interposés ;
  • Etc

Pour être considéré comme quelqu’un de vraiment atteint par ce type de dépendance, il faut que ces comportements soient la source de souffrance chez le sujet, de la perte d’une partie de sa liberté, de la création d’un handicap social, et de véritables changements de comportements. C’est la fréquence excessive et croissante, qui plus est non contrôlée d’un de ces comportements qui en fait une addiction reconnue. Le sujet ne peut s’empêcher de rechercher en permanence les sensations liées à ces comportements, quelque soient les conséquences, aussi dramatiques soient elles. Le sujet est prêt à tout sacrifier pour assouvir ses envies et besoin de cyber-sexe, incluant sa vie personnelle, professionnelle, et sociale.

Les hôpitaux partout en France reçoivent régulièrement des patients qui se plaignent de ce genre de troubles du comportement. 80% de ces derniers seraient des hommes, et 20% des femmes. En France, la majorité de ces « malades » sont âgés de 26 à 45 ans, et la moitié vivent en couple.

Le porno en VR, une porte de plus plus sur le vice?

Comme on vient de le voir, les cyber-addictions au sexe et au contenu pornographique existaient bien avant l’arrivée du VR. Le sexe par téléphone suffisait pour rendre certains sujets accros. Depuis l’arrivée de la réalité virtuelle dans le monde du porno, les craintes d’explosion des chiffres de sujets se plaignant d’addiction se font sentir dans le milieu médical.

C’est le fait que les sensations ressenties avec ce nouveau moyen de consommation de porno soient proches des sensations réelles qui effraie les professionnels. Si les consommateurs de sexe virtuel sont déjà dans tous leurs états avec le sexe par téléphone ou webcams interposés, qu’en sera t il lorsqu’ils découvriront la puissance de casque de VR comme avec le Oculus Rift (voir) ou le HTC VIVE, et qu’ils pourront se retrouver virtuellement dans les scènes de sexe les plus subversives qu’il soit?

Des chiffres?

Les chiffres d’addiction au porno en VR en France et ailleurs ne sont pas encore connus pour le moment (cependant vous pourrez trouver une infographie ici qui vous donnera une estimation). Une des dernières études menées aux Etats-Unis concernant les cyber-addictions au sexe avant l’arrivée de la réalité virtuelle laissait entendre qu’entre 3 et 6 % de la population souffrait de troubles du comportements liés à la consommation de contenu pornographique.

Comment l’arrivée du VR va t elle influer sur ces chiffres? Nous le sauront d’ici quelques mois ou quelques années. En attendant, tout ce qu’on peut dire, c’est que comme les sensations ressenties lors de la consommation de contenu pornographique en VR sont bien plus intenses que celles ressenties avec le porno plus classique et conventionnel, les risques d’explosion des chiffres sont bien réels…

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE