La rougeole : qu’est-ce que c’est ?

0

Se propageant plus rapidement que la rubéole, la rougeole est une maladie virale plus sévère, notamment pour les adolescents et les jeunes adultes. Mais elle touche surtout les enfants entre 3 et 5 ans. Elle se propage de la même façon que la rubéole, c’est-à-dire par des gouttelettes.

Les symptômes ressemblent à ceux de la rubéole, mais le début est plus brutal. Après une incubation courte de 10 à 14 jours, sans signe, un catarrhe nasal et une fièvre pouvant aller jusqu’à 40) apparaissent avec de la toux et des yeux rouges. L’enfant peut saigner du nez, avoir la diarrhée et se sentir mal.

Au début, vous confondrez la rougeole avec un refroidissement. Le médecin peut lui-même avoir du mal à faire le diagnostic. On peut le faire en recherchant à la face interne des joues des petits points blancs sur un fond rouge. C’est le signe de Koplik, présent dans 90 % des cas jusqu’au début de l’éruption.

L’éruption cutanée n’apparaît que le troisième ou le quatrième jour et commence, comme la rubéole, derrière les oreilles. Elle est faite de petites taches rouges de formes irrégulières, envahissant le visage puis tout le corps. Éventuellement, ces taches peuvent fusionner et donner un aspect marbré, qui est plus intense et plus brillant que la rubéole. En même temps, les autres si- gnes s’aggravent ; le malade devient irritable.

Au bout de 3 à 5 jours, les signes commencent à s’amender : la température baisse, les taches pâlissent, pouvant donner à la peau une couleur rouge brun qui persiste de quelques jours à quelques semaines.

Règles de prévention

La rougeole est très contagieuse ; l’isolement paraît donc très important pour éviter sa propagation. La contagiosité dure pendant les 6 jours précédant l’éruption cutanée et les 2 jours suivant son apparition. En pratique, isolez le malade jusqu’à ce qu’il se sente mieux. Prévenez l’école de sa maladie.

Traitement

Parfois des complications surviennent. Il est donc préférable de montrer le malade systématiquement au médecin. La rougeole met le patient très « à plat » ; cependant il n’y a pas de traitement, et le mieux à faire est de le mettre au lit le plus confortablement possible.

Souvent les yeux deviennent douloureux, surtout à la lumière du jour et électrique. Laissez la pièce dans la pénombre. Bien que l’appétit soit médiocre, faites boire beaucoup votre enfant.

Le malade doit être au chaud, mais pas trop. Passez-lui une serviette mouillée sur le visage. De l’aspirine peut faire baisser la température. Un sirop pour la toux et du sérum physiologique pour le nez apaisent le patient. La séroprévention par les gammaglobulines est très efficace quand elle est réalisée précocement.

Complications et leur traitement

Affaibli par la rougeole, le malade devient vulnérable aux autres infections. Prévenez le médecin dès que vous constatez un changement. Une complication fréquente chez le jeune enfant est l’otite. Elle répond bien aux antibiotiques si elle est traitée rapidement. Appelez le médecin dès que l’enfant se plaint d’une oreille.

Les poumons, la trachée, le larynx peuvent être atteints. Une surveillance hospitalière est parfois nécessaire. Des douleurs abdominales, dues à l’inflammation de ganglions siégeant près de l’appendice, peuvent survenir. Elles disparaissent vite.

Une complication rare et grave est l’atteinte du cerveau, ou encéphalite. Avertissez le médecin dès les premiers signes : douleur à la nuque, somnolence, confusion.

Vaccination

La vaccination contre la rougeole donne une bonne immunité, cependant un peu moins efficace que la rubéole. L’âge de la vaccination se situe entre 12 et 15 mois. De très rares cas d’encéphalites ont été signalés, de l’ordre de 1 cas sur 100 000 ; mais les risques de complications de la rougeole sont plus importants que celles de la vaccination. Le seul effet secondaire est parfois une petite fièvre et une brève éruption cutanée.

Prévenez le médecin si l’enfant a déjà eu des convulsions ou si la famille y a été sujette. On tend actuellement à vacciner tous les enfants. En tout cas, certains malades comme les asthmatiques, dont l’état peut être aggravé par la rougeole, sont à vacciner. La femme enceinte ne doit pas être vaccinée.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE