Usage, usage nocif et dépendance : les différents comportements de consommation (1/2)

addiction drogues

Consommer des substances psychoactives modifie le sens des perceptions, le comportement et influe aussi sur l’humeur. En fonction des substances consommées, de la quantité ingérée ou fumée, de la durée, de la fréquence de consommations et des personnes, les effets seront différents.

Une consommation régulière aura des impacts négatifs sur la vie personnelle et professionnelle de l’usager.

La dépendance est la situation dans laquelle se trouve la personne qui ne peut plus se passer du produit sans ressentir un manque d’ordre physique et/ou mental.

En plus de ces problèmes viennent s’ajouter les risques d’overdose, de comportement violent, d’accidents et sur du plus long terme de maladies respiratoires, cardiovasculaires et différents cancers (poumon, gorge, langue…).


Qu’est-ce que l’usage simple ?

Lorsque la consommation de substances à effets psychoactifs n’engendre pas de problèmes de santé, de troubles comportementaux, on parle alors d’usage simple. C’est le cas des jeunes adolescents, par exemple, qui expérimentent les produits illicites pour assouvir leur besoin de curiosité. L’expérience ne sera plus renouvelée ou très occasionnellement.

L’augmentation de la consommation de produits illicites ne se fait pas systématiquement. Cela varie en fonction de la « fragilité » des consommateurs, de la puissance addictive des substances consommées, de la présence ou non de troubles psychologiques et du vécu personnel de chacun.

Qu’est-ce que l’usage nocif ?

C’est une consommation régulière qui entraine de nombreux dommages tant sociaux que médicaux tels que :

  • Des violences, des accidents, des infractions liées à l’effet des produits consommés.
  • Des problèmes financiers.
  • Des dégradations des relations familiales, professionnelles.
  • La dépendance au(x) produit(s).
  • Les maladies cardiovasculaires, respiratoires et les cancers.