L’arthrite : qu’est-ce que c’est ?

L’arthrite est une inflammation des articulations, souvent accompagnée de douleur, d’œdème, de raideur et de rougeur. Les symptômes vont de l’inconfort léger à la déformation extrême. C’est un facteur d’infirmité fréquent. L’arthrite peut survenir isolément ou s’associer à un autre problème tel que la colite ou le psoriasis, ou à une infection telle que la gonorrhée.

On ne sait pas guérir l’arthrite, mais on peut remédier à la douleur et à l’infirmité grâce une approche holistique comprenant médicaments et compléments alimentaires, exercice, techniques de maîtrise du corps par l’esprit, diététique et acupuncture.

Causes

Il existe plus d’une centaine de types d’arthrite, les plus courantes étant l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde. D’autres sont : la spondylarthrite ankylosante (inflammation de la colonne vertébrale), la sclérodermie (maladie du tissu conjonctif épaississant et durcissant la peau) et le lupus.

L’arthrose, la plus commune, correspond à une usure excessive des cartilages articulaires, survenant principalement chez les plus de 60 ans. Le cartilage disparaît progressivement, laissant la tête de l’os à nu dans l’articulation, entraînant une douleur.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à cette érosion. L’obésité, par exemple, engendre une pression excessive sur les articulations porteuses (vertèbres, genoux et hanches), ce qui accélère la dégradation des cartilages articulaires.

L’inactivité physique peut être aussi nocive pour les articulations que leur mobilisation excessive ; elle affaiblit les muscles de soutien et entraîne la raideur. Ceci accroît le risque de blessure qui peut mener à l’arthrose.

Traumatismes, maladies inflammatoires comme la goutte et malformations articulaires congénitales augmentent également le risque d’arthrose. (La goutte est un trouble du métabolisme avec poussée d’arthrite.)

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune : le système immunitaire attaque l’organisme. Elle affecte le plus souvent doigts, poignets, épaules, genoux, hanches et cou. Comme dans toutes les maladies auto-immunes, les femmes sont deux à trois fois plus atteintes que les hommes. La maladie apparaît généralement au début de l’âge adulte, mais peut aussi survenir plus tard. Bien que le stress psychologique ou émotionnel ne soit pas à l’origine de l’arthrite, il peut déclencher des poussées de symptômes : la tension musculaire liée au stress peut intensifier la douleur arthritique.

Prévention

On ne sait pas prévenir la polyarthrite rhumatoïde, mais on sait comment réduire le risque d’arthrose ou de goutte. Évitez d’effectuer une trop lourde pression sur les articulations porteuses, par excès de poids par exemple. Réduisez le risque de traumatismes en rapport avec l’activité physique en mettant des protections, en faisant soigner les blessures dues aux mobilisations excessives et en leur laissant pleinement le temps de guérir.

Diverses lésions, particulièrement d’origine sportive, peuvent provoquer de l’arthrose par la suite : par exemple, une lésion des ligaments, qui déstabilise l’articulation et blesse le cartilage jusqu’à le dégrader. Une fracture peut entraîner une anomalie d’alignement des membres inférieurs pouvant peser sur une seule des articulations porteuses, provoquant l’usure excessive d’un cartilage. Un traumatisme affectant directement l’articulation ou ses le ménisque ou un structures — ligament croisé antérieur du genou, ou de la hanche — peut aussi contribuer à l’arthrose. L’arthrose des extrémités supérieures résultant d’une blessure est assez rare, les extrémités du corps ne supportant aucun poids.

Une alimentation équilibrée peut prévenir la goutte provoquée par une accumulation d’acide urique, normalement éliminé dans l’urine. En surproduction ou mal éliminé par les reins, l’acide urique forme alors des cristaux dans les articulations, le plus souvent dans le gros orteil, provoquant douleur et inflammation. L’acide urique résulte de la dégradation de la purine, que l’on trouve dans tous les tissus humains ainsi que dans l’alimentation.

Une consommation excessive d’alcool ou d’aliments riches en purine (abats, hareng, anchois et sardines) augmente le risque de goutte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here